héloïse
pierre-emmanuel


Engoue le vent



installation

hêtre · bambou · plombs de pèche · fil de chanvre · papier
dimensions variables
recherche en cours (2019)



Engoue le vent est apparu dans un dessin : deux personnes se frayaient un passage dans une nuée de papier serpentant ou s’étendant comme une onde, à portée de leurs mains.

Le papier était plus précisément une houle de feuillets échappés, qui évoquerait à la fois une bibliothèque s’essaimant aux quatre vents (souvenez-vous de l’estampe de Hokusai qui inspira A Sudden Gust of Wind à Jeff Wall) ou un envol de larges oiseaux réduits à leur plus simple appareil.


Ejiri dans la province de Suruga, de la série Trente-six vues du Mont Fuji, Hokusai, 1830-32



Je venais de passer quelques semaines à observer un murmure d’étourneaux-sansonnets logeant dans une bambouseraie voisine. Tous les soirs j’allais assister à leur approche, de l’ouest et du fond de l’horizon, suivie d’une lente soyeuse danse qu’ils éternisaient au-dessus de leur “dortoir”, avant d’y plonger par poignées.

J’avais par ailleurs, les mois précédents, passé de longues journées à rassembler des textes de la littérature et de la poésie où le vent joue un rôle singulier (de Woolf à Yeats, de Pasolini à Giono, …).

Je souhaitais qu’Engoue le vent soit une façon de donner à voir, à lire autrement, après les avoir extraits du livre,
la page, le texte, rarement exposés à l’air libre.


Les premières recherches portèrent sur ce qui allait soutenir ces extraits du Vent. Elles menèrent à une fine structure en bois de hêtre, autostable et articulée, composée de tripodes et de balanciers munis de contrepoids. Chaque tripode soutient trois balanciers et chaque balancier, deux feuillets.
Un frileux échafaudage pour une flotte d’aéronefs primitifs,
voilà ce que serait cette ossature fébrile.

(À y rêver autrement, ce n’est pas seulement un réseau laissant passer le vent, ou habillant l’invisibilité du courant d’air, c’est un peu aussi son squelette, le squelette même, peu photogénique, ni visible ni invisible)


Sur ce réseau viennent s’installer des pages, vierges ou inscrites, mais faisant signe vers le vent, vers un imaginaire du vent, de quelque contrée soit-il.
C’est cet habit qu’il reste à tailler.













Les enfants de l’école de Beaulieu-sur-Loire habillèrent les premiers Engoue le vent
avec des collages d’herbes sèches et rebuts retroussés par le vent
au sein de leur exposition “Les Stabiles en folie”.






héloïse pierre-emmanuel
vit et travaille entre Paris et le Loiret

mail : heloise@pierre-emmanuel.org phone : +33 7 81 58 00 90 instagram : heloise.pierreemmanuel
actuellement : stagiaire au CFPI (Centre de formation des plasticiens intervenants), promotion 2019-2020, HEAR Strasbourg
dernièrement : Création en cours 2018-2019, Ateliers Médicis / Beaulieu-sur-Loire
Tous droits réservés © 2019 Héloïse Pierre-Emmanuel